« Jean-Marie, Marine et les juifs » : entretien avec Paul-Éric Blanrue

Paul-Éric BLANRUE : “Je souligne une à une toutes les compromissions de Marine avec les hiérarques sionistes

 

RIVAROL : Paul-Éric Blanrue, nos lecteurs vous connaissent pour avoir écrit Sarkozy, Israël et les juifs (Oser dire, 2009), un ouvrage édité en Belgique et bloqué à la frontière durant six mois par le diffuseur, devenu ensuite un best-seller grâce aux réseaux sociaux. L’année dernière, votre Anthologie des propos contre les juifs, le judaïsme et le sionisme (Éditions Blanche, 2007 et Kontre-Kulture, 2011), a été condamnée au pilon par la justice à la demande de la LICRA, alors que sa première édition avait été préfacée par Yann Moix, prix Renaudot 2013.

Vous sortez ce mois-ci un nouveau livre explosif : Jean-Marie, Marine et les juifs (Oser dire) ! Pourquoi vous êtes-vous intéressé aux rapports qu’entretiennent le Front national et la communauté juive, et non pas, par exemple, aux relations de subordination du pouvoir actuel envers les agents d’influence d’Israël, comme vous l’aviez fait sous le président Sarkozy ?

 

Paul-Eric BLANRUE : Quand j’ai écrit mon Sarkozy, j’ai commis un attentat contre la pensée conformiste. Qui n’était pas sarkozyste ? Les milieux “nationaux” étaient eux-mêmes attirés par un homme qui parlait leur langage alors qu’il n’était qu’un rodomont platement vulgaire et soumis de son plein gré aux ordres de l’étranger. Par soif d’ambition, ce prince « de sang mêlé » s’était mis à la diposition des réseaux sionistes : il était allé leur prêter allégeance aux États-Unis, en Israël, puis en France, où il fut le premier chef d’État à présider un dîner du CRIF. Nul ne s’en scandalisait, ou si peu.  J’ai écrit mon Sarkozy comme un voyageur tire le signal d’alarme dans un train qui menace de dérailler : « Attention, on vous ment, la France bascule dans le camp d’Israël, on prépare de nouvelles guerres dans votre dos, on vous passe le corde au cou pour des années ». L’avenir m’a donné raison, chacun l’a vu, notamment en Libye, où la France a massacré au nom de ceux qu’elle prétend exterminer aujourd’hui en Irak. Folie totale ! Le président Hollande se situe sur la même ligne que Sarkozy, à ceci près qu’il est encore plus va-t-en-guerre et soumis aux diktats atlanto-sionistes que son prédécesseur.

Écrire un livre sur la politique menée par ce personnage falot, rubescent, empêtré dans diverses affaires sordides, n’offrait que peu d’intérêt puisque son orientation est claire comme le jour. Chacun sait où il fonce : droit dans le mur ! Si sa capacité de nuisance est réelle, nul ne nourrit plus le moindre espoir sur ce crapoussin dépressif en état de putrescence avancée. [...]


Suite de l’entretien de Paul-Eric Blanrue dans Rivarol, disponible le 16 octobre 2014.

Site du journal  Rivarol

 

.

Militant n° 663

MILITANT

B.P. 154

75463 PARIS Cedex 10

Militant est aussi sur internet !

http://journal-militant.fr / contact@journal-militant.fr

Ou a commander : ici

 

.

Dimanche des cadres du Fn defilent, d’autres tiennent un stand homosexuel

                Ducarne, Philipot  – Qui a dit : « qui se ressemble s’assemble ? »

Pierre Ducarne qui a porté l’étiquette du FN à Nancy  pendant les élections  affiche son soutien à une association homosexuelle.

Pierre Ducarne  a tenu ce week-end le stand d’un collectif de 11 associations LGBT lors de la «journée des associations» qui se tenait à Nancy.  Le stand du «Kreuji», etait tenu par les créateurs de ce projet intégralement piloté et subventionné par la ville de Nancy et son nouveau maire, Laurent Hénart.

Le Kreuji est un collectif de 11 associations qui représentent la communauté homosexuelle, bi et transsexuelle à Nancy. Avec le soutien de la ville, elle va prochainement ouvrir une «maison LGBT» au centre-ville.  Les relations entre le frontiste local – qui fustigeait pourtant au cours de sa campagne « le subventionnement des associations communautaires» – et les associations à la botte du maire sortent enfin de l’ambiguïté.

.


.

Jean-Marie Le Pen exclu du FN au prochain congrés ?

Le Canard Enchainé, 1er octobre 2014 :

 

.

Marine Le Pen doit 3.000 euros aux avocats embauchés pour récupérer son permis

La présidente du FN a engagé une procédure judiciaire en 2012 pour récupérer son permis de conduire, qui lui a été retiré. Mais elle n’a pas payé le cabinet d’avocats, qui réclame aujourd’hui son dû.

Marine Le Pen doit encore s’en mordre les doigts. En 2012, après avoir grillé un feu rouge, la présidente du FN s’est vue privée de son permis de conduire, selon Le Canard Enchaîné à paraître mercredi. Celle qui milite pour la suppression des radars routiers avait auparavant perdu l’essentiel de ses points après diverses infractions, notamment des excès de vitesse.

En janvier 2013, Marine Le Pen a engagé une procédure judiciaire, toujours en cours aujourd’hui, pour contester cette annulation. Selon le Canard, la patronne du parti frontiste a alors eu recours au cabinet parisien, Dufour et Associés. Lequel, selon l’hebdomadaire satirique, n’a jamais été payé pour le travail accompli. Et a en conséquence saisi le bâtonnier du barreau de Paris, pour réclamer son dû.

Convoquée en mai dernier par Pierre-Olivier Sur, la présidente du FN ne se serait pas déplacée, préférant envoyer en juillet un courrier au bâtonnier. Son argument , selon le Canard: l’avocat en charge du dossier ayant quitté le cabinet, elle ne serait plus tenue de s’acquitter des honoraires. Une explication qui n’a semble-t-il pas convaincu le bâtonnier: dans une décision du 19 septembre, Pierre-Olivier Sur exige de Marine Le Pen qu’elle verse les 3.000 euros réclamés par le cabinet.

.

Florian Philippot a d’autres priorités que de représenter ceux qui l’ont élu !

Florian Philippot, candidat aux municipales à Forbach, a raté les deux derniers conseils municipaux et a démissionné de son siège à la communauté d’agglomération. Le chef du groupe Front national au conseil municipal reconnaît qu’il a d’autres priorités.

 

 Le numéro deux du Front national a arpenté la ville sous le regard des caméras pendant la campagne des municipales. Finalement, le bras droit de Marine Le Pen n’a pas été élu maire de Forbach. Et depuis, on le voit rarement dans la sous-préfecture de Moselle-Est.

Dans la foulée des municipales, Florian Philippot a démissionné de son siège à la communauté d’agglomération de Forbach. Et il vient de rater les deux derniers conseils municipaux. L’un de ses adversaires pendant la campagne, le dissident de droite Eric Diligent, confirme son absence: « Je l’ai très peu vu, un ou deux fois en six mois. On a la preuve que M. Florian Philippot avait besoin d’un point de chute mais Forbach n’est certainement pas la ville où il veut porter des projets. »

Les électeurs forbachois ont noté eux aussi l’absence de Florian Philippot à Forbach. « Il était là uniquement pour les élections, maintenant il s’en fiche. Les problèmes n’ont pas changé mais il n’est plus là », regrette une électrice. Pour ce commercial qui vote lui aussi à Forbach, « Florian Philippot  a crié haut et fort qu’il allait être présent, on voit qu’il est opportuniste, il a pris du recul parce qu’il n’a pas été élu. »

.

La lutte contre la mosquée de Quimper se fera sans le FN !

Le projet de construction d’une mosquée turque à Quimper continue de rassembler les opposants : vendredi soir dernier, à l’occasion du conseil municipal, une toute nouvelle association baptisée « Quimper Résistance » en a profité pour manifester devant la mairie son opposition au projet.

 

L’association proche du Parti de la France communique à la presse : « Aujourd’hui, les communautés musulmanes de Quimper disposent déjà de deux mosquées, à Penhars et à Terre Noire. Or la communauté turque, forte de 350 familles, a déposé un permis de construire pour transformer celle de Terre Noire non plus en simple lieu de culte, mais en école coranique avec coupoles et minaret – de 14 mètres de hauteur ! »

 

Les militants ont ainsi déployé une banderole dans la cour de la mairie, tout en distribuant des tracts aux riverains et aux Quimpéroises.

Exigeant un référendum local sur la question, les militants du collectif « Quimper Résistance » ont lancé une pétition afin d’obtenir la tenue de la consultation populaire sur cette question.

 

Claudine Dupont-Tingaud, une des porte-parole de l’association explique : « L’association envisage d’autres opérations de dénonciation de cette aberration architecturale envers la nature profonde de la culture identitaire de la Bretagne, qui est aussi le signe d’une islamisation de moins en moins rampante de la capitale cornouaillaise. Lors du dépôt du permis de construire, elle sera à nouveau sur le terrain pour appuyer son refus avant d’entamer un recours administratif devant le tribunal de Rennes. »

 

Le Front National 29, qui avait au départ affiché son soutien à l’action entreprise, a finalement été dissuadé d’y participer par sa direction, au grand étonnement de nombreux militants locaux. 

 

Il s’agit de la mise en application du nouveau slogan de Marine et certains de ses proches : « au FN on n’a rien contre l’islam« 

Le FN a décidé une bonne fois pour toutes de jouer la même partition que  l’UMPS.

 

 Florian Philippot clame qu’au FN on n’a rien contre l’islam : « islam : pas d’amalgame ! » ; « pauvres musulmans si malheureux de voir l’islam si mal compris » ;  » islam et islamisme  n’ont rien à voir  » ; « on ne donne pas assez la parole aux musulmans, ils ne sont pas assez organisés »

 

 Marine Le Pen qui défend les « pauvres musulmans » : « Nos compatriotes musulmans sont victimes de la classe politique française », « C’est la classe politique qui est responsable de l’amalgame entre l’islam et le fondamentalisme »

 

.

.